Menu Fermer

Covid-19 et Europe Centrale: De pays modèles à mauvais exemples?

Article écrit par Mark Szabo et publié par Kafkadesk.

« La deuxième vague est arrivée« , a déclaré le 13 septembre Roman Prymula, Ministre des Sciences, de la Recherche et de la Santé. Deux semaines plus tard, on ne peut que reconnaître que ce dernier, fraichement nommé, avait effectivement raison.

Babiš, Morawiecki et Orbán – Source: Kafkadesk.

Une augmentation des cas de Covid-19 en Europe centrale

Les autorités tchèques estiment qu’il y a actuellement plus de 26.000 cas actifs de COVID-19 dans le pays, avec près de 3.000 nouveaux cas recensés le 25 septembre, le second chiffre le plus haut de 2020. La Tchéquie a désormais l’un des taux d’infection les plus élevés d’Europe, et a été ajoutée à la liste des pays à haut risque par de nombreux États de l’UE, y compris par la Slovaquie voisine.

La Tchéquie n’est cependant pas le seul pays confronté à une augmentation du nombre de personnes infectées, car en ce qui concerne l’Europe centrale, tous les membres du groupe de Visegrad – salués il y a quelques semaines seulement comme les plus grands succès de la première vague – enregistrent des nombres records de cas quotidiens de Covid-19, qu’il s’agisse de la Pologne, de la Hongrie ou de la Slovaquie.

Qu’est-ce qui a conduit à un tel renversement de la situation? Comme nous l’avons signalé il y a quelques jours, l’Europe centrale et orientale a été saluée – bien que pour de mauvaises raisons – par les médias et les commentateurs occidentaux pour avoir réussi à contenir la première vague au printemps et se trouve maintenant confrontée à une situation épidémiologique qui s’aggrave de manière surprenante.

L’après-première vague

Dès que les gouvernements ont commencé à réduire les restrictions anti-Covid, à rouvrir leurs frontières et à autoriser l’ouverture de lieux publics et d’entreprises, le coronavirus a commencé à revenir lentement. En Europe centrale, les données montrent qu’une part importante des cas signalés depuis juin-juillet ont été importés de l’étranger – y compris par des travailleurs frontaliers ou des vacanciers.

Craignant une réaction populaire et plus que probablement motivés par des calculs électoraux, les gouvernements d’Europe centrale ont peut-être été un peu trop loin dans leur désir de donner la priorité à la réouverture de l’économie et aux vacances des citoyens par rapport à l’approche plus prudente qui a prévalu en mars. Et si tous les gouvernements ont pour l’instant rejeté les plans visant à introduire un verrouillage national, la situation pourrait très bien évoluer rapidement pour le pire dans les semaines à venir.

L’Europe centrale est désormais en pleine deuxième vague de Covid-19, comme en témoigne les autorités des pays concernés. « Selon les statistiques disponibles, la deuxième vague en Slovaquie a commencé », a ainsi déclaré le Ministre slovaque de la Santé, Marek Krajci, il y a quelques jours.

Comme la plupart des pays, la Slovaquie a également réduit la plupart des mesures introduites lors de la première vague. Contrairement à la Tchéquie – qui l’a rétablie il y a quelques jours seulement – la Slovaquie a maintenu sa Commission gouvernementale sur la pandémie, aidant ainsi les autorités slovaques à remettre en place plusieurs mesures, bien que moins strictes qu’au printemps, pour faire face à la deuxième vague de Covid plus tôt.

On peut aisément affirmer que l’Europe a rouvert trop tôt, trop vite, et qu’elle ne s’est pas suffisamment préparée à la deuxième vague, qui, de l’avis de la plupart des experts, devait inévitablement se produire après l’été. Cela ne pourrait pas être plus vrai pour les nations d’Europe centrale qui sont devenues, en quelques semaines seulement, des exemples de gestion imprudente.

« Des mesures suffisantes »

Les gouvernements des pays de Visegrad ont réagi différemment face au début de la deuxième vague, avec des réponses et des politiques différentes concernant la réouverture des écoles, la réglementation du port du masque et la participation aux événements publics. Quoi qu’il en soit, l’Europe centrale – comme d’autres régions de l’UE – lutte toujours pour trouver le bon équilibre entre la protection de la santé de ses citoyens et la nécessité d’éviter un effondrement économique désastreux, qu’un deuxième verrouillage entraînerait inévitablement.

S’il est nécessaire de tenir les gouvernements responsables de leur (mauvaise) gestion de cette urgence de santé publique sans précédent, les citoyens pourraient être trop prompts à oublier la responsabilité personnelle de chacun d’entre nous pour « aplatir la courbe » et freiner la propagation du virus. Avec l’hiver et la saison de la grippe, la reconnaissance de notre propre rôle – indépendamment de toute mesure gouvernementale – dans cette crise ne fera que devenir de plus en plus essentielle.

Posted in Articles, Articles récents, Europe Centrale

Mais aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *