Menu Fermer

Débat Créatif #1 – Que faire au Bélarus?

Pour cette première édition du format #Débat Créatif, nous avons décidé de nous intéresser aux développements ayant cours au Bélarus. Notre invité spécial – préférant rester anonyme – nous a dressé un panorama complet de la situation de crise dans le pays tout en nous apportant des éléments de réflexion indispensables concernant la nature du régime et les caractéristiques de la société civile bélarusse. Nous lui en sommes très reconnaissants.

Ensuite, nos 13 participants – contributeurs et contributrices chez Euro Créative – ont été répartis en deux groupes de réflexion et ont planché sur des hypothèses de développement et sur des recommandations spécifiques concernant une sortie de crise au Bélarus. Le contenu publié ci-dessous ne reflète toutefois pas nécessairement les opinions personnelles de chacun et chacune et ne peut non plus être interprété comme représentatif des positions officielles d’Euro Créative. Il ne s’agit ici que de retranscriptions incomplètes des réflexions ayant émergé au sein de nos deux groupes de travail.

Nos 13 participants ont été répartis en deux groupes de réflexion.

Hypothèse

La situation actuelle au Bélarus va permettre à moyen ou long-terme une ouverture du pays sur l’extérieur. Dans le même temps, nous estimons que la population bélarusse privilégiera un statu quo concernant son orientation géopolitique. Ainsi, nous pensons qu’il n’y aura ni russification ni européanisation majeures. Ce statu quo apparaît comme la garantie suprême du maintien de l’indépendance bélarusse.

Recommandation – Groupe 1

La recommandation du premier groupe est construite en deux temps et autour du rôle spécifique de la France – en tant que médiateur – de ce processus de résolution de conflit à dimension européenne.

Dans un premier temps, nous devons mettre fin aux violences du régime de Lukashenka envers les manifestants et les civils, et donc mettre fin aux violations (avérées et généralisées) des Droits de l’Homme dans le pays. Pour se faire, la France doit se servir de son initiative de réinitialisation du dialogue avec la Russie. Il paraît en effet incontournable de devoir impliquer la Russie dans ce processus – tout en veillant à ne pas lui laisser carte blanche et donc en lui imposant un cadre d’action strict et défini. Dans ce cadre, la Russie servira d’intermédiaire pour engager le dialogue avec le régime bélarusse. 

Dans un second temps, nous recommandons l’inclusion de deux nouveaux acteurs à ce dialogue: le régime bélarusse et des représentants de la société civile. Ce format de dialogue serait pour sa part encadré par l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe. L’objectif principal étant que ce dialogue permette la tenue rapide de nouvelles élections présidentielles encadrées par une mission d’observation de l’OSCE.

Recommandation – Groupe 2

La recommandation du deuxième groupe est construite autour de deux volets: l’un sociétal, l’autre diplomatique. 

Au niveau sociétal, la France doit mettre en place un soutien – notamment financier – envers les organisations non gouvernementales locales qui aident à la défense des droits de l’homme. Les ONGs françaises pourraient être encouragées à aider ces organisations dans la mise en place de projets et dans la structuration de leurs actions. Ces organisations locales pourraient aussi devenir le point de relais local pour le soutien français envers les manifestants (régime de visas, soutien financier). Plus largement, cette coopération sociétale pourrait être coordonnée par l’OSCE afin de renforcer l’impartialité de l’initiative. 

Au niveau diplomatique, il semble difficile de régler cette situation conflictuelle exclusivement avec la Russie compte tenu des difficultés de dialogue. Nous proposons donc l’utilisation d’un format de coopération européen comme préalable diplomatique qui pourrait être le Triangle de Weimar (Allemagne, France, Pologne). Il est également envisageable d’intégrer à ce dialogue les pays très actifs sur ce dossier comme la Lituanie. Il ne faudrait pas mettre de côté pour autant l’OSCE qui a proposé son aide en tant que plateforme compétente pour le début d’un travail de médiation.

Euro Créative remercie l’ensemble des participants de leur présence. La prochaine et seconde édition de #Débats Créatifs aura lieu début décembre et portera sur le dialogue serbo-kosovar. Envie de participer à ces débats? Rejoignez la communauté Euro Créative !

Posted in Articles, Articles récents, Europe Orientale

Mais aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *